Conseils pour autoportraits (photo)

 




Parlons photo ! J'en suis passionnée, depuis petite, que ce soit devant ou derrière la caméra. J'adore par dessus tout faire des autoportraits dans mon petit studio ou lors de mes voyages !


J'ai commencé quand j'étais très jeune, au collège c'était mon passe temps favori. Je m'enfermais dans ma chambre et m'amusais avec mon appareil photo. Et depuis toutes ces années, j'ai appris une ou deux choses qui pourrons sûrement vous être utiles !





Acheter une télécommande/software de déclenchement à distance

Ca, ça a complètement transformé la façon dont je prends mes photos et je le recommande donc à tout le monde: mettez un peu de côté pour acheter une télécommande reliée à votre appareil photo ou un logiciel pour le piloter à distance ! Je ne peux pas vous dire à quel point mes photos se sont améliorées depuis que j'ai ça. Maintenant, je contrôle tout mon appareil photo depuis mon téléphone, j'ai une application qui me permets d'avoir un retour écran, et ça aide énormément, au lieu d'utiliser le retardateur.




Jouer avec la lumière


Jouer avec la lumière, c'est une des clés pour des photos réussies. En fonction de comment est dirigée ta lumière, la photo peut raconter des histoires complètement différentes. Amuses toi avec ton éclairage, fais des tests, et diversifie toi dans tes sources de lumière ! Si tu n'as pas d'éclairage dédié à la photo, je te conseille de bien étudier la pièce dans laquelle tu travailles afin de trouver les meilleurs spots lumière (en fonction des fenêtres).



Jouer avec l'espace


Je prends la majorité de mes photos dans ma petite chambre ¨Parisienne. Du coup, niveau décors, ça peut être répétitif. L'endroit dans lequel je shoot est vraiment tout petit, mais j'essaie de m'amuser à créer différents univers en fonction de l'angle dans lequel je shoot. C'est une contrainte, mais parfois la contrainte est inspirante ! Amuses toi à créer des ambiances différentes en fonction de l'angle dans lequel tu prends tes photos.


S'amuser avec les coiffures/tenues/makeups


Ce sont des auto portraits, ce qui veut dire que toute la direction artistique te reviens. N'hésites pas à t'amuser avec la coiffure, tenue et maquillage ! Inspires toi d'ambiances qui te plaisent, et essaie de recréer le même univers (sans copier de A à Z). Ca t'inspirera et te forcera à être créatif.



Mais le plus important, ça reste que tu t'amuses dans ce que tu fais. Mets toi des défis, n'ai pas peur des challenges, ça t'apprendra toujours quelque choses !









La vie change ! (Minute positive)


 


Je suis tellement heureuse. Et si vous m'aviez dit que j'allais écrire ça il y a quelques années, je ne l'aurais jamais cru.

Quand j'avais 19 ans, je suis allée voir une médium par pure curiosité, lors de la foire internationale de Marseille. Et cette femme m'a dit une chose qui m'a suivie au long des années: "ta vie va changer à tes vingt trois ans".

Depuis l'été dernier, j'ai vingt trois ans, et depuis ce moment là (même un peu avant), je vais mieux, je me suis sortie du noir, j'ai trouvé l'interrupteur. J'ai passé tant d'années à souffrir, tant d'années à penser que je n'avais pas de futur et que jamais je n'arriverais à être heureuse. Dépression, troubles alimentaires, anxiété, et j'en passe...

Ca serait dur de dire ce qui m'a aidé. Mes proches, surtout. Etre entourée, ne pas me couper du monde, accepter l'aide qu'ils voulaient me donner. Trouver un sens à ma vie, un but, des projets, c'est ce qui m'a fait tenir. Des rêves, aussi. Et la pensée et détermination d'un jour vouloir les voir se réaliser.

Printemps 2019, je n'étais pas capable de sortir de chez moi prendre mon courrier. Eté 2019, je me suis forcée à sortir tout les jours de mon appartement et aller boire un verre en terrasse. Hiver 2019, je sors tout les jours avec plaisir. 

Février 2020, je rencontre l'homme de ma vie. Janvier 2021, nous habitons ensembles et voyageons, créons, partageons ensembles. 

Ma vie a fait un tour à 90 degrés complet. 

C'est dur de changer tellement et de faire face aux personnes qui te connaissaient comme tu étais avant. D'accepter d'être cette nouvelle "toi", cette version heureuse. Mais ça vaut tellement le coup.




Retour à Tahiti

 

De retour à Tahiti, et ça fait trop plaisir. Nous avons pu partir en se faisant tester pour le COVID deux jours avant le départ, et une fois sur place, et à notre grand bonheur, notre voyage n'a pas été annulé.

La Polynésie est mon coup de coeur ultime niveau voyage. J'y suis allée pour la première fois en 2017, deux semaines dans ce paradis, décidées un peu sur un coup de tête: il y avait une promotion énorme, j'ai appelée ma meilleure amie, et après avoir vidé nos comptes en banque nous voilà parties pour ce qui allait être le plus beau voyage de notre vie.


En dehors de la beauté idyllique du cadre autour de soi, ce qui frappe en Polynésie, c'est la gentillesse des gens tout autour de toi. Notre voyage était à la roots, on se déplaçait en faisant du stop et on se nourrissait de soupes déshydratées faites à la bouilloire de notre chambre d'hôtel. Mais si c'était à refaire je ne changerai rien, car cette approche du pays nous a fait découvrir son plus bel aspect: les gens qu'on rencontre.

Je suis partie avec mon fiancé et ma maman, et c'était un bonheur fou de pouvoir enfin leur faire voir ces lieux dont je leur ai tant parlés. 

Pour avoir fait la Polynésie en octobre, décembre et mai, je vous conseillerai malgré tout d'éviter décembre si vous voulez être sûrs d'avoir beau temps. En décembre, on est en pleine saison des pluies, et même si on a eu la chance d'avoir du soleil pour la majorité du séjour, il y a eu des jours pluvieux.


Sur place, il y a tellement de choses à faire. Nous avons exploré la vallée de Papenoo et le centre de l'île de Tahiti, fait du snorkelling, de la plongée bouteilles, du kayak transparent, du bateau, le tour de Moorea en voiture...

Je dirais que pour ce genre de voyage, deux semaines est la durée minimum pour pouvoir vraiment profiter des lieux sans se rusher. Si vous pouvez partir un mois, c'est encore mieux !







 









                                                                                                                                                                                      Clique ici pour y accéder





Ce roman, je l’ai écrit à 13 ans, quand l’écriture était devenue ma seule porte de sortie. Il m’est difficile de le relire, tant intime est la relation que j’entretiens avec ce récit. Aujourd’hui je vous le présente, à peine retravaillé, pour que vous puissiez partager l’espace d’un instant le monde intérieur d’une ado de treize ans.

Acheter en version PAPIER
Achetez en EBOOK

The Perfection - Critique

The Perfection
The Perfection est un film réalisé par Richard Shepard avec Allison Williams, Logan Browning. 



"Le sens de la perfection qui anime deux génies de la musique, Charlotte et Elizabeth, va peu à peu les mener vers le chemin de l'opposition."


Alors là, mon coeur de violoncelliste n'a pu que saluer la thématique de ce long métrage. Le pitch: deux violoncellistes prodiges, une ayant abandonné ses études à cause de la longue maladie de sa mère, l'autre ayant reprit le flambeau après elle. Et un apriori: ce film va tourner autour de la rivalité entre les deux jeunes filles. Alors oui, mais non.

Surprenant, des virages à 180 degrés tout le long du film, nous ne savons plus qui nous aimons et qui nous détestons, dans ce thriller aux allures de film de Tarantino mélangé avec la pâte Netflix. Une réalisation soignée, des comédiens surprenant de par les différentes facettes qu'ils dépeignent tout au long du film, et une entrevue à travers le milieu très fermé des prodiges de la musique classique, c'est ce que promet ce long métrage.

Pour ma part, il m'a conquise, de par l'utilisation de la musique de chambre qui rythme de façon extrêmement moderne les différentes péripéties, de par son audace de montrer une réalisation différente de ce à quoi nous sommes habitués, et de par la richesse de l'intrigue, sans oublier la fin en apothéose qui nous offre une belle leçon de sororité et nous redonne foi dans le girl power.

Dans les points négatifs, je noterai peut être le début un peu lent à démarrer, mais une fois les dix premières minutes passées, on ne décroche plus de l'écran.

Une belle prouesse, et un film que je vous conseille de voir si vous êtes amateur des thriller, de la belle musique et des intrigues qui jouent avec vos nerfs.


Des Larmes de Pierre, CHAPITRE I



Des Larmes de Pierre 


Chapitre 1 
        Deux berceaux.  

Ce soir-là, seul les rayons de la lune arrivaient à parvenir à l’intérieur de l’habitacle. Des goûtes de condensation apparaissaient sur les statues qui trônaient au milieu de la pièce, tel des larmes que la pierre stoïque n’avait auparavant jamais osé faire couler. Au milieu, deux berceaux.  
L'un d'eux fait de ronces, sinueux, épousait parfaitement les formes de l'enfant qui se trouvait en son sein, ses infâmes piques effleurant la pâle peau qui trahissait le jeune âge de la petite fille. Ses petits pieds n'osant gigoter de peur de se blesser, l'enfant restait immobile, la respiration paisible, sans sembler se soucier des myriades de serpents qui s'échappaient de sa chevelure.  
 
 
Posé à côté, tel une offrande, le deuxième semblait lui fait de charbon incandescent. Les flashs orangés jaillissant de la noirceur du tison laissaient trahir la chaleur qui devait se dégager de ce foyer. Pourtant, aucun cri de douleur ne s'échappait de la bouche minutieusement dessinée de la petite fille qui y reposait. Ses grands yeux clignotants de fatigue, elle aussi, était d'un calme Olympien.  
 
 
La pièce semblait plongée dans une torpeur hors du temps, comme si quelque chose de très particulier était en train de se passer. Le calme assourdissant de l'endroit, et la beauté de la scène, rendait encore plus tragique les événements qui s'étaient déroulés quelques heures auparavant. 
 
 
Deux tragédies, réalisés d'une façon presque chirurgicale, comme si un horloger avait été l'architecte du jeune destin des deux enfants.  
 
 
Elles étaient nées dans cette même pièce, de mères différentes mais intrinsèquement liées. La première, ombre anonyme courant dans le vent, vêtue d'un grand châle noir lui recouvrant les yeux, avait donné naissance comme si elle révélait un secret. En criant, comme un immense soulagement.  
Pourtant, elle savait. Elle savait que jamais elle ne pourrait voir le rictus joueur de la prunelle de ses yeux. Elle savait que jamais elle ne pourrait la protéger tout en se protégeant elle-même. Et ce cri, qui sorti de sa bouche comme un rugissement, trahissait à la fois rage, et impuissance de savoir qu'elle venait d'accomplir la seule chose qu'elle ne pourrait jamais accomplir pour sa fille. 
 
 
La deuxième, elle, se démarquait de par sa chevelure ambrée aux reflets de braise qui contrastaient avec sa peau d'ébène. Son ventre était recouvert de bandelettes de soie imbibées d'une mixture d'aloé vera et menthe poivrée qu'elle avait faite elle-même pour se soulager de la chaleur qui émanait du plus profond de son corps. Elle savait qu'elle n'avait pas beaucoup de temps. Elle le sentait dans ses entrailles. Et elle donna naissance comme elle perdit la vie, brutalement, en silence, sans que personne ne le remarque.  
 
 
La scène dans le temple était tel un tableau, cette silhouette noire essoufflée de laquelle s'échappaient des sanglots, tenant la main déjà froide de son amie. Ces berceaux posés là, deux petits nids pour deux petites filles. Et un chagrin, immense, qui contrastait avec la vie qui venait d'être révélée au monde en ces lieux.  
 
 
Puis du bruit se fit entendre. De plus en plus fort. Un vrombissement comme une foule en colère. Terrifiant, assourdissant. La silhouette noire eut un sursaut, impromptu, ce qui eut pour effet de faire glisser le voile de ses yeux. Elle senti la terreur. Elle senti la fin. Les torches des gardes étaient déjà à la porte du temple quand elle senti un éclair la transpercer. Baissant les yeux, elle n'eut que le temps de constater la flèche qui venait de traverser son abdomen, avant que son regard ne se pose sur les grands yeux écarquillés et pleins de vie de son enfant. Elle vit les serpents. Ils enlaçaient la petite fille comme pour garder pour eux cette possession qui leur était chère. Elle eut une larme, qui se transforma en pierre avant qu'elle n'ait atteint le bas de sa joue. Au-dessus du berceau d'épines, trônait maintenant une créature livide, figée, et craquelée, à l'emplacement où se trouvait quelques secondes auparavant la silhouette en noir.  
 
 
Les gardes entrèrent, s'approchant des deux berceaux. Un cadavre de feu d'un côté, et une statue de pierre de l'autre, qui couvaient les deux enfants.  
Croisant leurs doux regards, un éclair de lumière et de chaleur jaillit, et rapidement, il ne resta des légionnaires que leurs expressions figées dans le temps comme dans la pierre en laquelle ils venaient de se transformer. 
 
 

Trônaient donc là deux berceaux, comme des offrandes à des Dieux qui semblaient les avoir oubliés, et qui renfermaient à présent ce qui allait s'avérer être les deux plus grandes armes que la Grèce ai connu.  

Renouveau



Renouveau sur le blog.
J'adore écrire. Et j'adore parler de mes voyages. Bien que ces deux passions soient complémentaires, je me rends compte que j'ai envie d'écrire à propos de milliers de choses différentes, et que le label "blog de voyage" ne me convient plus trop. Alors, il est temps pour un renouveau. Un make-over. Une nouvelle page. 

Je travaille activement sur mes (trois) prochains romans, trois recueils différents en genre, thème, et raison pour lesquelles je les écris. Le premier, Le Cas 0213, celui sur lequel je travaille depuis maintenant trois ans, te racontera l'histoire de ma vie. De mon errance médicale, de ma souffrance, et de mon renouveau. Le deuxième, Pandemonium, c'est un petit flash de ce qui se trouve dans mon cerveau, un aperçu des mots et maux qui se bousculent dans ma tête. De la poésie, principalement, en écriture automatique. Et le troisième, Des Larmes de Pierre,  c'est une porte vers mon imaginaire, vers ce monde que je crée au fil des lignes et qui m'apporte une joie et un bien fou. J'ai hâte de vous les présenter.

Donc, ce blog va prendre une tournure beaucoup plus large, et je ne me limiterai plus aux posts concernant mes voyages, même s'ils vont continuer à abonder ici, à chaque nouvelle découverte que je partage avec vous avec un grand plaisir.
Pot pourri de mes créations, de ce que j'aime appeler "mon art" avec une certaine prétention familière de tout ceux qui aspirent à laisser une marque dans l'univers. Je vous invite dans ma tête. Et j'espère que vous trouverez le voyage attrayant.

UNE JOURNEE A L'INTERIEUR DES TERRES - TAHITI



  Aujourd'hui, je vais vous parler d'une de mes plus belles journées à  Tahiti, celle où nous sommes allées visiter le coeur de l'île, l'intérieur des terres. Inaccessibles en voiture sauf 4x4, nous avons choisi un guide de chez Ia Orana Tours pour nous faire visiter cet endroit.

Là, on oublie les lagons turquoise, et on rentre dans la jungle. La vraie jungle. Nous passons devant des paysages à couper le souffle, et on se demande comment notre chauffeur arrive à tenir la route.











Nous visitons durant cette journée trois points particuliers: la vallée, qui nous donne une vue imprenable sur les montagnes et qui a été un des plus beaux paysages qui m'ai été donné de voir. Puis, le lac de Tahiti, un lac noir au milieu du cratère qui rappelle ceux d'Ecosse ou d'Irlande. Puis une cascade, se trouvant à 20/30 minutes de marche (ou plutôt de randonnée intense et escalade à travers rochers, rivières et pierres glissantes/boueuses), endroit que seuls 3 guides sur l'île sont aptes à faire visiter.





La cascade dans laquelle nous nous baignons est un petit jardin secret très dur d'accès mais qui vaut le détour. Certains grimpent pour s'y jeter et plonger, mais nous, après cette marche épuisante, profitons simplement de la vue et nous rafraichissons dans l'eau.

Nous nous arrêtons faire un stop lunch, où nous goûtons au merveilleux Poe, une sorte de pâte cuite dans l'intérieur d'une branche, une merveille locale. Et nous finissons la journée avec des images et rêves pleins les yeux.









TAHITI - VIVRE A MAHINA



Me voilà de retour de mon voyage à Tahiti, alors j'ai voulu partager avec vous quelques infos, souvenirs et photos qui m'ont vraiment marqués durant ce séjour !

A savoir que c'était la deuxième fois que je posais les pieds en Polynésie Française, la première fois étant il y a environ deux ans.

Sur l'île de Tahiti, les voitures sont presque indispensables. Nous, étions seulement à pieds et n'ayant aucun permis, c'est en stop (très sécuritaire même pour les femmes) que nous nous sommes déplacées.

Nous logions dans un airbnb dans la ville de Mahina, à l'Est de l'île. Mahina, comme partout à Tahiti, est composé de petites maisons et cottages enfouis entre mer, soleil, et montagne. Pour indiquer les adresses, d'ailleurs, les Tahitiens utilisent le terme "PK" (signifiant kilomètre) suivi d'un chiffre. Mahina va par exemple être à PK9. Le PK 0 se trouve à la cathédrale de Papeete.

Une fois à Mahina, une promenade d'environ 20 minutes pourra vous conduire jusqu'à l'une des plus belles plages de l'île, celle de la Pointe Venus. Magnifique plage de sable noir, également connue pour être le lieu où a accosté le commandant Cook et les fameux réfugiés du Bounty. Les commerces étaient, pour nous, accessible à environ 15mn de marche.


Je vous laisse avec quelques photos de cette plage, et de la route pour y aller...








POURQUOI ECRIRE ?




Pourquoi écrire ?

Pourquoi encore, inlassablement, apposer mes mots sur cette toile virtuelle que personne ne lira ?

Pour se souvenir, sans doute.

Je suis en plein tour d'Europe. En un mois, j'ai vécu plus de choses qu'en une année, et plus appris qu'en une vie. Actuellement, c'est le Danemark. Je suis là, dans mon lit, après avoir vu un film qui m'a hypnotisée, et j'écris ces quelques mots.

Car la nostalgie revient.

La nostalgie de l'insouciance, la nostalgie de quand je n'avais pas vingt ans, et plus d'imagination que de réalité dans ma tête. La réalité. C'est celle que j'essaie d'oublier. Je préfère le rêve, cette idylle rassurante qui vient me bercer quand je m'endors, qui tente de chasser mes démons la nuit. Celle à laquelle je me raccroche, ce monde inventé où les choses sont douces, lentes, calmes, comme l'écume.

La réalité, elle, est froide. Dure. Toute contrastée, des tons forts. Elle est remplie de morceaux de verre qui tapent contre ma peau en essayant de la percer. La réalité, elle est amère. Elle est violente. Et ennuyeuse, aussi.

Et j'essaie de tout mon être d'y échapper. Par tout les moyens possibles, bons ou mauvais. Mauvais, surtout.

Je crois qu'on a une tendance très prononcée pour l'auto destruction. Enfin, "croire", c'est un euphémisme. Si ma vie devait se résumer, ça serait tout un florilège de comportements auto destructeurs que j'essaie pourtant de stopper. Mais que voulez-vous, je rêve trop. Et en le faisant, je me détruit.

Les douces mélopées qui m'endorment se transforment en démons armés le sommeil venu. Mes rêves, la nuit, se transforment en champ de bataille.

Au final, ça doit être le prix à payer quand on préfère rêver le jour.

CAP VERT: QUE FAIRE SUR L'ÎLE DE SANTIAGO !



Dans cet article, je vais vous parler de l'île de Santiago, l'île Sud du Cap Vert. Souvent délaissée pour ses petites soeurs arborant les hôtels de luxe et excursions touristiques, elle regorge néanmoins de quelques merveilles qui valent largement le détour.

Nous avons réservé ce voyage au Cap Vert principalement grâce à l'énorme promotion sur laquelle nous sommes tombés. Nous ne connaissions rien du pays, et nous avions envie de découverte.

C'est à Praia que nous avons posé bagage, après deux vols très mouvementés de la TAP Air Portugal. Il s'agit de la capitale du Cap Vert, mais ce titre ne fait pas pour autant d'elle une destination très prisée. C'est également la raison qui fait qu'un séjour sur cette île coûtera bien moins cher que sur ses congénères.


Mais est-ce qu'il y a réellement des choses à faire ?

 Eh bien, oui ! Pour peu qu'on se débrouille.



1. LA PLAGE DE SABLE FIN DE TARRAFAL

Située à l'autre bout de l'île par rapport à Praia (littéralement), elle vous sera accessible en taxi individuel ou collectif. Nous recommandons chaudement la seconde option, bien moins chère que la première (comptez 50e en taxi individuel, et 5e pour un collectif). De plus, cette balade d'un peu plus d'une heure et demie vous immergera dans la culture de ce pays et vous fera passer par de magnifiques paysages.

Les taxi collectifs se prennent généralement le long du marché de Praia. Vous reconnaitrez facilement ces camionnettes blanches qui longent la route. Indiquez à un chauffeur votre destination, et il vous indiquera dans quel véhicule monter. Pour le retour, revenez au point où il vous a déposé.

La plage de Tarrafal est réputée pour être l'une des plus belles de l'île. Mais ce qui nous a réellement charmé, c'est l'authenticité de ce minuscule village et de ses dizaines de pêcheurs. 




2. SAO GORGE DOS ORGAOS ET SON JARDIN BOTANIQUE

Connu pour son célèbre jardin botanique, le village de Sao Gorge dos Orgaos nous a séduit par ses paysages. Nous y sommes allés par taxi collectif, une demi heure de route environ au départ de Praia. En réalité, le jardin botanique n'est qu'une excuse pour admirer les paysages dans lesquels il se trouve. Des montagnes abruptes, ainsi que tout un domaine protégé contenant certaines espèces trouvables nul part ailleurs.




3. LA PLAGE AUX TORTUES DE SAO FRANCISCO

Cette plage fut notre préférée. C'est un taxi que nous avons prit pour la rejoindre (comptez environ 15/20e pour deux). Perdue au milieu de nul part, il s'agit pourtant d'un vrai écrin de paradis ! Totalement déserte, elle est également connue pour servir de lieu de ponte pour les tortues de mer qui aiment venir au large de l'île.

Vous aurez là bas un dépaysement total, qui vous changera énormément de Praia et de n'importe quel autre décors existant. 

Pensez néanmoins à trouver une solution pour le retour: bien que certains taxi collectifs passent de temps en temps, je recommande de prendre les contacts d'un taxi à qui téléphoner/y aller avec un guide, car l'endroit est extrêmement isolé. 



UNE SEMAINE À MARRAKECH



Overbookée, sortant de deux mois de folie niveau projets et problèmes de santé en tous genres, ma seule envie était de partir quelque part au soleil. Où ? N’importe, tant que ça rentre dans mon budget. 



C’est là que je suis tombée sur cette offre de voyage, pas chère du tout, qui me proposait une semaine dans un riad, au cœur de la Médina à Marrakech. 

J'étais déjà partie au Maroc beaucoup plus jeune, mais nous n’avions eu le temps que de visiter Tanger et cette courte visite m’avait laissée sur ma faim. C’est donc pleine d’envies de découverte que je réservais ce voyage. 



        Riad Fleur d’Orient



Le riad se trouvant dans l’offre est le Riad Fleur d’Orient. Cette première expérience d’un authentique riad à été merveilleuse. J’ai pu découvrir, derrière une vieille porte en bois au détour de minuscules rues rosées de la vieille ville, un petit coin de paradis. 






Tenue en famille, on s’y sent comme chez soi. L’accueil est le même que si vous rentriez chez vos parents après une longue période à l’étranger. Au rez de chaussé, vous pourrez vous rafraîchir dans le bassin recouvert de mosaïque qui se trouve dans la cours intérieur. Au troisième étage, sur le toit ouvert, se trouvent deux tentes Berbères sous lesquelles vous pouvez vous reposer. 

Le comfort est là, la situation dans la ville est très bonne (les principales activités faisables à pieds), et la propreté nickel. Ce riad fut la grande et belle découverte de ce voyage. 



                        

                                                         AVANT LE DÉPART 


Déjà, regardez bien la météo au moment du départ. Il peut faire au Maroc très, très chaud. Pensez donc à prévoir une gourde pour les longues balades, de la crème solaire indice 50, et des vêtements très légers.

 Si vous prévoyez de passer par le désert, prenez un foulard ou quelque chose pour vous couvrir le visage afin d’eviter de se prendre tout le sable dans la figure ! 


ÊTRE VÉGÉTARIEN/VEGAN EN VOYAGE !






Aujourd’hui, je vais vous parler de quelque chose qui en préoccupe beaucoup en voyage: comment garder son régime alimentaire végétarien ou vegan quand on part dans un pays où la nourriture est très différente que ce à quoi on a l’habitude d’avoir.

Le continent où j’ai trouvé qu’il était le plus simple de trouver de la nourriture vegan en restant dans la gastronomie locale est l’Asie. La nourriture asiatique contient beaucoup de légumes, et il est simple de demander d’avoir simplement une assiette de légumes et/ou féculents sans rien d’autre. 





En Inde, mention spéciale: les indiens ne consomment généralement pas beaucoup de viande, et les sauces sont souvent faites à base de lait de coco ou de soja, donc sans laitages. Par contre, il faut faire attention car en Inde, contrairement à la plupart des pays asiatiques, il existe un fromage très populaire, le paneer, qu’on peut retrouver dans pas mal de plats. 


D’autres pays asiatiques comme la Thaïlande sont eux très accès sur la pêche, le poisson, mais aussi les œufs. Dans ces pays là, la nourriture sera malheureusement moins diversifiée et se cantonnera généralement à de la soupe ou du riz.


Généralement, les pays européens sont assez en avance niveau nourriture, et des restaurants/produits variés sont disponibles pour les vegan. La ville de Ljubjanna en Slovénie nous a d'ailleurs étonnée par sa diversité de restaurants vegan ! Les pays Scandinaves sont également très en avance et proposent beaucoup de choix.

Le pays où il m'a été le plus difficile de trouver de la nourriture suivant mon régime alimentaire vegan a sûrement été le Mexique. J'ai du me rabattre sur des épis de maïs à la broche et des pâtes, un peu lassant... mais si je maîtrisait l'espagnol, je pense que j'aurais eu beaucoup plus de choix !







POURQUOI VOYAGER EST SI IMPORTANT ?5 RAISONS "POUR" UN MODE DE VIE NOMADE !






Comme beaucoup, j'ai toujours rêvé de pouvoir parcourir le monde, aller à la rencontre de contrées et peuples inconnus, voulant toujours en découvrir plus. Je rêvais devant mes National Geographics...

Et aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir vivre mon rêve (du mieux que je peux), et dans cet article, je vais vous expliquer 10 raisons qui font que ce mode de vie est celui qui peut aussi te correspondre !

1/ TOUT EST IMPRÉVISIBLE

Et avec les imprévus, viennent les responsabilités. Quand on voyage, on doit souvent faire face à des situations inattendues. Un retard d'avion, pas d'endroit où dormir au dernier moment... Et ces expériences et aléas aident énormément à prendre confiance en soi et à réussir à gérer les situations délicates avec un esprit calme. Au début effrayant, voyager par ses propres moyens est une réelle aventure dans laquelle on peut se découvrir.


2/ ON GAGNE EN MATURITÉ

Car en voyage, on rencontre des gens. Des peuples aux moeurs et habitudes différentes, avec une philosophie bien différente parfois de la notre. Les voyages sont le meilleur moyen de se connecter à l'être humain, et aide à créer de magnifiques liens et rencontres. Et on apprends énormément de ces histoires. Des leçons d'humanité, qui nous font relativiser, réfléchir, et parfois même prendre des décisions.


3/ ON VIT DES CHOSES INATTENDUES

Jamais je n'aurai pensé un soir me retrouver dans la chambre d'hôtel de mon actrice préférée en plein New York, ni passer une dizaine de nuits dehors en hiver sous la neige Londonienne. Si il y a une chose sublime que peu de choses mis à part les voyages peuvent apporter, c'est le nombre de surprises qui nous attendent. Les plus belles histoires de ma vie sont arrivées grâce au hasard d'un voyage non prévu.


4/ ON SE SÉPARE DU MATÉRIEL 

Au bout d'un mois avec comme seul bagage un sac à dos devant contenir tout le matériel nécessaire pour survivre, on en apprends énormément sur la réelle nécessité des choses, et sur les objets étant réellement utiles en voyage (et toute situation). Au bout d'un moment, nos yeux ne se posent plus sur les étalages des boutiques de souvenirs, mais sur les jungles vierges se trouvant en contre bas. 



5/ SE SENTIR CHEZ SOI PARTOUT

Pendant longtemps, je ne me sentais chez moi nul part. Maintenant, j'ai la chance de pouvoir me sentir chez moi partout. Voyager, avoir un mode de vie nomade, c'est s'adapter à chaque situation. C'est se créer son chez soi avec un minimum d'éléments, et pouvoir le retrouver peu importe où on se trouve dans le monde.

WAT SAKET, LA MONTAGNE D'OR DE BANGKOK !

Si vous cherchez une vue panoramique sur Bangkok et une immersion dans la culture et art bouddhiste, rendez vous au Wat Saket, aussi appelé Montagne d'Or.






Il ne s'agit pas du plus beau temple de Thaïlande ni même de Bangkok, mais sa situation géographique et la satisfaction d'avoir monté les 344 marches allant jusqu'à son sommet valent le coup. Situé dans la zone de Ban Bat, un chédid doré le surplombe.

Pendant la montée, nous sommes en plein contact avec une végétation luxuriante, une nature qui nous transporte alors que nous sommes bel et bien dans la capitale. La montée se fait à travers des petits temples, statues, sous un toit de verdure, la colline étant restée couverte de végétation. Sur votre passage, vous trouverez également des cloches et gongs que vous pourrez faire sonner en honneur aux esprits et pour signaler votre présence.







 Vous pouvez très bien prendre l'après-midi pour aller vous reposer et admirer la vue reposante, pour lire sous le soleil. Une fois arrivé en haut, la chaleur rattrape rapidement, mais pas de panique: vous pouvez acheter des boissons dans un petit coin aménagé pour ceux n'ayant pas prévu à boire.




Petite remarque malgré tout: attention aux fourmis rouges ! Nous nous sommes fait dévorés pendant la montée. Elles piquent et s'accrochent à la peau, mais sont inoffensives. Il y a énormément d'insectes en Thaïlande, et je vous recommande de prévoir du spray anti moustiques voir des manches longues !









copyright © . all rights reserved. designed by Color and Code

grid layout coding by helpblogger.com